Le terroir

Le pays Fañch, aujourd’hui dans le département des Côtes-d’Armor, faisait partie autrefois de l’évêché de Cornouaille. Il faut cependant noter que le pays Fañch à proprement parlé, correspond plus précisément à la zone sud du terroir. Ainsi, le pays se divise en deux zones, celle des diezaoù (ceux d’en bas) au sud et celle des Kroec’haoù (les gens d’en-haut, du plateau) au nord. C’est donc la pratique d’une même danse (avec ses variantes) plus que la langue ou le costume qui fait l’unité de ce territoire. Alors que les limites est et sud sont assez nettes du fait de la langue (gallo et vannetais), il existe plus d’échanges avec le pays Fisel à l’ouest.  Enfin, au nord l’influence du Trégor se fait sentir surtout au niveau de la langue et de la mode vestimentaire où le domaine de la toukenn tend s’étendre sur le pays Fañch.

Les communes du pays Fañch

Bulat-Pestivien, Canihuel, Caurel, Corlay, Gouarec, Kerien, Kerpert, Lanrivain, Laniscat, Le Haut-Corlay, Le Leslay, Maël-Pestivien, Magoar, Peumerit-Quintin, Plounevez-Quintin, Plouguernevel, Plussulien, Saint-Connan, Saint-Gelven, Saint-Gildas, Saint-Gilles Pligeaux, Saint-Mayeux, Saint-Nicolas-du-Pélem, Saint-Igeaux, Sainte-Tréphine, Trémargat.

Danses principales

La dañs Plinn
Il s’agit d’une suite tripartite (plinn, bal plinn, plinn). On retrouve plusieurs dénominations pour parler de la même danse : dañs Fañch, dañs a blinn (plutôt dans le sud), dañs Plon’ (nom donné par les habitants de Maël-Carhaix à la danse de Plounévez-Quintin, comme l’explique Jean-Michel Guilcher), ou encore dañs plin, dañs tro plin (dans le nord du terroir). De subtiles variantes ont pu être observées dans les pas des anciens danseurs, mais une constante demeure dans le style.

Autres danses
Polka plinn,
Pach pi
Il est à noter que l’on a pu observer une pénétration de la dañs fisel les communes limitrophes du pays Fisel.

Odoo text and image block

L’accompagnement musical

L’accompagnement musical le plus ancien, mais aussi le plus utilisé pour accompagner la danse en pays Fañch, est le chant sous la forme du kan ha diskan, c’est-à-dire un chant avec un tuilage sur les fins de phrases. La tradition chantée était très présente dans ce terroir, ce qui explique la richesse du répertoire, tant pour les airs à danser que pour les mélodies (gwerzioù). L’instrument caractéristique du pays Fañch est véritablement la clarinette, appelée ici « treujenn gaol ». C’est d’ailleurs le seul instrument utilisé traditionnellement pour les noces, avec évidemment le chant qui était parfois l’unique accompagnement musical. La clarinette pouvait se jouer en couple, en reprenant le mode du kan ha diskan, ou avec une seule clarinette (ce qui coutait moins cher). De plus, il n’était pas rare de voir un tambour (de type tambour de garde champêtre) s’associer à l’ensemble. La présence de sonneurs de biniou et bombarde était quasiment inconnue en pays Fañch jusqu’aux années 1950-1960.  C’est seulement dans les communes du sud et de l’est du terroir (proches du pays Vannetais et du pays Gallo), que les sonneurs pouvaient parfois être employés pour animer les noces ou les fêtes. Enfin, notons aussi la présence d’accordéonistes mais plutôt en fin de tradition.

Le costume

Comme nous l’avons précisé précédemment, le terroir Fañch se divise en deux petits pays, où l’on retrouve deux modes féminines différentes. Ainsi le nord, qui connait une influence du Trégor, porte la coiffe trégoroise : la Toukenn (appelée ici lost koue’t), qui comme le précise Creston a gagné du terrain en Haute-Cornouaille au milieu du XXe siècle. Au sud, chez les diezaoù c’est la coiffe fañch, aussi appelée koef sionn, qui est portée par les femmes. Il existait également une coiffe de cérémonie, cornette ou koef hir, portée sur l’ensemble du terroir, mais avec quelques particularismes locaux de montage. Enfin, le grand châle (brodé ou non) que l’on retrouve sur toute la côte nord de la Bretagne était également porté dans tout le pays Fañch.

Ressources

Collecteurs et témoignages
De nombreuses collectes ont été menées en pays Fañch, parmi lesquelles nous pouvons citer celle de Claudine Mazéas auprès de madame Bertrand de Canihuel, ou encore celles de Jean-Yves Thoraval de Lanrivain, Yann-Fañch Kemener de Sainte-Tréphine, Dominique Jouve ou Bernard Lasbleiz. Tous ces collectages peuvent être écoutés sur la base Dastum.
Bibliographie
Le Gall Gilbert (collectif), 30 vloaz festival Plinn du Danouët, livret et CD, Dastum Bro Dreger, 2005
Kemener Yann-Fanch, Carnets de route, Skol Vreizh, 1996
Cahier Dastum n°5, Bro Fañch, Dastum, 1978
Morvan (frères), Berthou Guy et Yvonne, Teñzor ar Botkol
Chanteurs et musiciens de Bretagne n°8, Fête plin du Danouët, Dastum
Discographie
CD des concours du Danouët, publiés depuis 2007
Frères Morvan, Un demi-siècle de Kan ha Diskan, Coop Breizh. (Et l’ensemble de leur discographie).
Le Guilloux Marcel, Un devezh ‘ba Kerc’h Morvan, Coop Breizh.
Bertrand Marie-Josèphe (Jose ‘r C’hoed) - Chanteuse du Centre-Bretagne, Dastum.
Kemener Yann-Fanch (L’ensemble de sa discographie).
 

Sous titre terroir 5

Odoo CMS - a big picture

Sous titre terroir 6

A great way to catch your reader's attention is to tell a story. Everything you consider writing can be told as a story.

Great stories have personality. Consider telling a great story that provides personality. Writing a story with personality for potential clients will asist with making a relationship connection. This shows up in small quirks like word choices or phrases. Write from your point of view, not from someone else's experience.

Great stories are for everyone even when only written for just one person. If you try to write with a wide general audience in mind, your story will ring false and be bland. No one will be interested. Write for one person. If it’s genuine for the one, it’s genuine for the rest.